Dernier résultat

Prochain Match

19-08-2017 20:45

Statistiques joueurs

# Evénement Heure

Statistiques du Match

1
Carton(s) jaune(s)
2
0
Carton(s) rouge(s)
0
0
Drop(s)
0
10
Essai(s)
0
0
Pénalité(s)
2
8
Transformation(s)
0

 

L'Aviron Bayonnais humilié d'entrée à Perpignan est K.-O. debout.

 

Le choc annoncé de la 1re journée n'en fut pas un. Perpignan, impressionnant, a infligé une correction à Bayonne : 66 à 6 ! Des basques, relégués du Top 14, particulièrement décevant pour un favori, qui doivent réagir tout de suite pour ne pas vivre une nouvelle saison cauchemar.

 

"J'ai honte...".

 

A l'image de leur nouveau capitaine, Martin Bustos Moyano, les Bayonnais sont K.-O. debout après cette raclée subie d'entrée en terre catalane. Perdre est une chose, mais être humilié, quand on est l'un des favoris annoncé du championnat, ça fait mal à la tête. "Les joueurs en ont gros sur la patate, confirme Joël Rey. Nous aussi, tout le groupe en a gros sur la patate. On a pas honoré notre maillot" poursuit l'entraîneur des avants.

L'Usap a certes été impressionnante, jouant un jeu léché, déjà bien en place, rapide, technique. Du très beau rugby. Mais en face, l'Aviron a bien aidé, abdiquant après seulement 15 minutes de jeu. Le manque d'envie, la faiblesse mentale dans l'adversité, et au bout c'est encore un calvaire à l'extérieur, comme en Top14.

 

"C'est dur à avaler".

 

Donné parmi les favoris pour terminer dans les 6 premiers et accéder aux phases finales, l'Aviron n'a semble-t-il pas encore digéré sa descente, et sa saison dernière cauchemar en Top 14. "On était venu ici (à Perpignan, ndlr) pour faire un grand match et on s'est rendu compte qu'on est une petite équipe", constate sèchement Martin Bustos Moyano.

Rien n'a fonctionné en terre catalane, rien à sauver du naufrage analyse Joël Rey : "J'ai pas vu un secteur de jeu où on a été présents, conquête, défense, attaque... nulle part". D'autant plus incompréhensible que la victoire une semaine auparavant en match de préparation contre le Racing 92 avait laissé planer de beaux espoirs. Mais il faut croire que mentalement, les Bayonnais n'avaient pas encore la tête au championnat. "C'est dur à avaler mais c'est le championnat. Le jour où t'es pas prêt, tu prends cher".

 

Plus le droit à l'erreur contre Béziers.

 

Heureusement, ce championnat est long, et il faudra sans doute attendre la 30e et dernière journée pour connaitre les 6 premiers. Inutile donc de tirer des conclusions définitives. L'ancien technicien béarnais espère même que la claque inaugurale sera salutaire : "Je préfère prendre une belle branlée à la 1re journée de championnat qu'à la dernière (...) Il faut de suite se mettre au diapason, se dire que ce sera dur tous les week-ends, donc il faut s'accrocher"

A commencer par le prochain match, pour la 2e journée, face à Béziers avec le soutien du public bayonnais. Un match déjà sous tension reconnait Martin Bustos Moyano : "Heureusement on a une revanche vendredi prochain. On a plus le droit à l'erreur même si c'est le premier match de championnat. On va voir si vraiment on est une petite équipe ou pas."

Une victoire et l'Aviron lancerait sa saison, en laissant derrière lui ce qui ne pourrait être qu'un vilain faux départ. Au contraire, une défaite, et les têtes bayonnaises s'enfonceraient un peu plus dans les épaules, avec le risque de voir la claque catalane se transformer en accident industriel.