06-05-2017 21:00

Statistiques joueurs

# Evénement Heure
Heure Evénement #
7' 1 Félix Le Bourhis
8' 1 Benjamin Thiéry
38' 1 Romain Martial

Statistiques du Match

1
Carton(s) jaune(s)
0
0
Carton(s) rouge(s)
0
0
Drop(s)
0
6
Essai(s)
2
0
Pénalité(s)
0
5
Transformation(s)
1

Informations de match

Arbitre
Maxime Chalon (France)
Affluence
17392 Spectateurs

 

 

L’Aviron a fait ses adieux au Top 14, hier, avec une 17ème défaite.

 

De Toulouse à Toulouse. L’Aviron Bayonnais a quitté le Top 14, hier soir au stade Ernest-Wallon, onze mois après avoir validé sa montée sur cette même pelouse face à Aurillac (21–16), en finale de Pro D2. Sans surprise, l’équipe basque s’est inclinée pour la 17ème fois de la saison (40–12), la 13e à l’extérieur en autant de rencontres. Elle n’aura pas ramené le moindre point en déplacement, ni même de bonus tout court durant tout l’exercice. Triste première.

Le rêve de Vincent Etcheto d’achever ce douloureux opus par un succès s’est envolé. Les siens ne chiperont pas la 13e place à Grenoble. Ils ne prieront pas pour l’éventuelle rétrogradation d’un concurrent financièrement exsangue. Un cran en dessous de tous leurs adversaires, jamais en mesure d’entretenir un semblant de suspense, ils ne méritaient pas mieux que la 14e et dernière place de la division. Et retrouveront à la rentrée une Pro D2 dans laquelle ils espèrent jouer un autre rôle, comme l’indiquait dans la semaine leur manager, tourné vers l’avenir : « Je pense maintenant à l’an prochain, à comment on va construire pour être performant et revivre des phases finales en Pro D2 car c’est l’ambition que j’affiche, et j’espère que ce sera celle de tout le monde. »

Lui retrouvera un rôle d’entraîneur des trois-quarts à la rentrée avec l’arrivée de Pierre Berbizier à la tête de l’encadrement technique.

 

L’ovation pour Dusautoir.

 

Les Bayonnais n’ont pas livré leur plus mauvais match à l’extérieur face au Stade Toulousain, loin s’en faut. Mais leurs standards habituels étaient tellement élevés que la défaite d’hier se classe au 7e rang des plus honorables de leur saison, malgré les 28 points d’écart. Dans un match sans enjeu comptable, ils ont longtemps repoussé les intentions de bonus des Haut-Garonnais, auteurs d’une saison peut-être encore plus décevante que la leur tant ils étaient attendus à un autre rang que le 12e, juste devant les deux relégables. Mais les locaux s’étaient promis de bien finir. Pour honorer les « partants », tel Johnston (Racing), Albacete, Camara (Montpellier) ou l’entraîneur Jean-Baptiste Elissalde, en larmes derrière la tribune de presse avant la rencontre. Mais surtout leur capitaine Thierry Dusautoir (35 ans). L’ancien international français (80 sélections), qui fêtait hier son 344e et dernier match en championnat professionnel, a stoppé le temps à sa sortie du terrain, à deux minutes de la fin de la rencontre. Ses équipiers, les Bayonnais ou l’arbitre Maxime Chalon : tout le monde l’a salué, dans un stade Ernest-Wallon en fusion qui a scandé « Titi » bien longtemps après sa sortie.

Elle fut réussie puisque son équipe a décroché la prime offensive, inscrivant six essais contre deux pour des Bayonnais qui auront longtemps tenté de repousser l’échéance, notamment par Martial (28–12, 37e) après le doublé de Yann David (30e, 32e), avant de céder en deuxième mi-temps. Pour eux, il était écrit qu’ils retourneraient d’où ils venaient, onze mois après.