Dernier résultat

18-03-2017 18:30

Statistiques joueurs

Statistiques du Match

2
Carton(s) jaune(s)
1
0
Carton(s) rouge(s)
0
0
Drop(s)
0
2
Essai(s)
2
4
Pénalité(s)
2
1
Transformation(s)
2

Informations de match

Arbitre
Juan Sylvestre (Argentine)
Affluence
14107 Spectateurs

 

 

Bayonne, qui croit encore au maintien via la 13e place, a battu ce samedi Bordeaux-Bègles à Jean-Dauger (24-20). L'Aviron a marqué par Monribot et Lovobalavu pour décrocher sa 5e victoire de la saison. L'UBB, qui a scoré par Avei et Madigan, se contente d'un point de bonus défensif qui ne suffira certainement pas dans la course aux barrages.

 

Bayonne n’est pas encore mort. C’est le signal envoyé par l’Aviron au Top 14 ce soir. Grâce à un succès logique face à l’UBB (24-20), Bayonne se donne le droit de rêver du maintien. En revanche, pas d’effet Jacques Brunel à l’UBB. Nouvelle défaite des Girondins, eux qui n’ont remporté qu’un match depuis le 19 novembre 2016. "S’il faut attendre 3 mois pour regagner un match, la saison va être longue", se désespérait Jean-Baptiste Poux au micro de Canal +. Aveu de faiblesse d’une équipe qui est donc la 5e à perdre contre Bayonne cette saison.

Une semaine après avoir explosé à Toulon (82-14), ce sont des Basques méconnaissables qui se présentaient sur leur pelouse de Jean-Dauger. Était-ce l'effet du retour de Jean Monribot, près de 4 mois après sa dernière apparition sous le maillot bleu et blanc ? Ou est-ce la possible fusion entre le Racing 92 et le Stade français qui offrait de nouvelles perspectives aux Bayonnais ? En tout cas, l’entame de ce match contre l’UBB était bayonnaise.

Après 18 minutes de jeu, c’est justement le revenant, Monribot, qui perçait la défense de Bordeaux. Il profitait des errements des Girondins, et il concluait l’action vingt mètres plus loin. Le troisième ligne s’écroulait dans l’en-but, non sans avoir cassé deux plaquages et fait admirer sa pointe de vitesse. Un premier quart d’heure quasi-parfait de l’ancien Agenais, ponctué notamment par deux ballons grattés au sol. "J’ai eu 3 mois pour me reposer, j’avais des fourmis dans les jambes", confiait-il au micro de notre confrère de Canal + à la pause.

 

Une 2e période "de fonctionnaires".

 

Rugueux, Monribot s'illustrait ensuite d’une tout autre manière. Madaule déblayait le joueur de l’Aviron de façon un peu appuyée. S’en suivait une explication sans vigueur mais avec quelques gestes peu élégants. De quoi convaincre M. Sylvestre d’octroyer 10 minutes de repos aux deux capitaines, pas très exemplaires sur ce coup-là. Un double carton jaune qui ne calmait pas les ambitions des Bleu et Blanc. Ils relançaient tous les ballons, et marquaient même un deuxième essai en vingt minutes.

En seconde période, les Basques ne brillaient pas mais restaient pragmatiques. Une attitude "de fonctionnaires", selon Senekal. Et si au retour des vestiaires, Avei pensait relancer le match sur un essai tout en puissance, la première de Jacques Brunel se soldait par une défaite. Bonifiée certes, grâce à un dernier essai dans les arrêts de jeu. Mais un revers quand même. Et une défaite qui met probablement un terme aux ambitions girondines de disputer les phases finales. A l’inverse, Bayonne se donne le droit de rêver à un maintien qui semblait inconcevable il y a seulement sept jours.