Dernier résultat

Prochain Match

31-12-2016 15:00
47
1
18
0

Statistiques joueurs

# Evénement Minute

Statistiques du Match

0
Carton(s) jaune(s)
1
0
Carton(s) rouge(s)
0
0
Drop(s)
0
7
Essai(s)
2
0
Pénalité(s)
2
6
Transformation(s)
1

Informations de match

Arbitre
Adrien Descottes (France)
Affluence
8740 Spectateurs

 

 

Bien trop imprécis en première période, Castres s'est réveillé en seconde pour s'offrir une troisième victoire bonifiée contre Bayonne (47-18). L'Aviron achève l'année les idées pas mal embrouillées.

 

Comme la semaine passée face à La Rochelle, Bayonne n'a tenu qu'une période, la première, avant de sombrer, irrémédiablement. Brouillons, mal aiguillés par un Benjamin Urdapilleta malhabile, les Castrais ne comptaient que trois points d'avance avant de regagner le vestiaire. Transcendés en seconde mi-temps, ils ont inscrit cinq essais pour s'offrir un succès bonifié qui s'est dessiné à quinze contre quatorze, quand Gabriele Lovobalavu a écopé d'un carton jaune.

Démarré sous le soleil, ce match s'est achevé dans le brouillard, un brouillard dans lequel John Beattie et ses camarades se sont totalement perdus. C'est la dixième défaite pour Bayonne, le huitième succès pour des Castrais qui ont retrouvé des couleurs après le lourd revers concédé au Racing.

 

Le joueur : Ma'ama Vaipulu, première.

 

C'est sa devise : «Plus tu parles, moins tu travailles». Arrivé à Castres le 27 octobre dernier, l'ancien des Chiefs n'avait toujours pas eu l'occasion de s'exprimer. Blessé à l'épaule, le Tongien de 27 ans a longtemps rongé son frein avant de faire ses débuts face à Bayonne. Avec l'absence d'Alex Tulou, Christophe Urios lui a donné sa chance pendant cinquante minutes, le temps pour lui de semer un peu de désordre, d'ouvrir quelques brèches dans la défense bayonnaise. Ma'ama Vaipulu devrait avoir l'occasion de montrer plus en janvier puisque Tulou (avant-bras) n'est pas attendu avant le mois de mars.

 

46,6…

 

Décembre n'est décidément pas le mois de Bayonne. Après les 51 points encaissés au Stade Français, puis les 42 concédés la semaine passée à La Rochelle, les hommes de Vincent Etcheto sont repartis de Castres les valises pleines en dépit d'une première mi-temps une nouvelle fois appliquée. Ces 47 points portent la moyenne des Bayonnais à 46,6 points encaissés par match pour ce dernier mois de l'année.

 

L’homme.

 

Pieter-Jan van Lill. Le deuxième ligne à la barbe de hipster et au casque blanc a été l’un des rares bayonnais a son avantage ce samedi à Castres. Auteur du seul essai basque sur la première touche de la partie (2e), l’international namibien (43 sélections) a remis son équipe dans le bon sens à chaque fois qu’il a touché le ballon. Sa percée à la demi-heure de jeu, alors que 3 points seulement séparaient encore les deux équipes (14–11), aurait mérité un meilleur sort. Il a même eu droit aux applaudissements de Pierre-Antoine à sa sortie (53e).

 

La phrase.

 

Pieter-Jan Van Lill (deuxième ligne de Bayonne) : "Ce n’est jamais facile pour personne d’aller jouer à Castres. On a fait une bonne première période, mais un match dure quatre-vingt minutes. En seconde période, on a peut-être été moins forts sur le plan mental, on a manqué quelques plaquages et le score a vite enflé. Mais ce n’est pas fini pour le maintien. On y croit toujours. Il reste encore dix matches, on doit tout gagner à la maison et prendre des points à l’extérieur. On doit continuer à travailler encore plus dur en 2017. On n’est qu’au milieu de la saison, on ne peut pas arrêter maintenant".